Présentation

  • J.J.Pujo : Accompagnant bénévole auprès des personnes en fin de vie en soins palliatifs.
  • : J.J.Pujo : Accompagnant bénévole auprès des personnes en fin de vie en soins palliatifs.
  • : Ce site se veut informatif et documentaire sur l'accompagnement de la personne malade ou en fin de vie. - Site indépendant de toutes associations -
  • Contact
  • Retour à la page d'accueil

Flux RSS

  • Flux RSS des articles

Littérature - Poème

"Du ventre de ma mère au ventre de la terre" de Antoinette Godain

"Quand la vie tutoie la mort" de Sylvie Garoche"

"Les soignants face au burn-out" de Alexandre Manoukian"

"La mort apaisée" d'Elise et Michaëlle GAGNET

"L'accompagnant" de Jean-Yves Revault

"Carnet d'une infirmière de nuit" de Anne Perraut Soliveres

"La mort à vivre" Livre collectif

"D'une même voix" de Annick Auzou

"Face à celui qui meurt" de Patrick Verspieren

"Face à la maladie grave" de Martine Rusznievski

NUMERO AZUR

Le service téléphonique qui informe

ou écoute toutes les questions

relatives à la fin de vie

- 0 811 020 300 -

du lundi au samedi de 8h00 à 20h00

(Prix d'un appel local)

----------------------------------------------------

Numéro national contre la maltraitance

des personnes âgées

et des adultes handicapés

qui se sentent victimes de maltraitance

 HABEO.jpg  est à votre écoute au 3977

Avertissement

Chaque sujet traité et publié par pujo-j-jacques.net est une synthèse de données provenant de sources d'informations diverses qui sont explicitement citées en fin d'article par un lien de renvoi vers cette source.
L'administrateur du site http://www.pujo-j-jacques.net/ s'engage à modifier, supprimer tout ou partie de document d'un auteur qui en ferait la demande par mail à j.j.pujo@free.fr
Limitation de responsabilité : Le contenu des textes et articles reproduits sur ce site ainsi que les liens et hyperliens de renvoi vers d'autres sites sont offerts à titre informatif et documentaire, ils n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas la responsabilité de http://www.pujo-j-jacques.net/

Mercredi 1 décembre 2010 3 01 /12 /Déc /2010 10:19

conduire-rijden_wide.jpg

La maladie d’Alzheimer chamboule la vie quotidienne des patients. Qu’en est-il de la conduite automobile? Devez-vous raccrocher vos clés de voiture?
La voiture est pour beaucoup synonyme de liberté, d’indépendance. Que ce soit pour faire ses courses, une balade ou simplement pour rendre visite à des amis. Mais lorsque la maladie s’en mêle... Les conducteurs âgés ont beau être expérimentés, les affections qui peuvent les toucher – et notamment la démence – mettent à mal leur pleine capacité à conduire. Si le diagnostic de maladie d’Alzheimer est posé, la question se pose inévitablement: puis-je encore conduire en toute sécurité?
Des difficultés de conduite

Aux premiers stades, la maladie d’Alzheimer affecte peu la mémoire procédurale (la mémoire des capacités motrices qui nous permet de rouler à vélo ou de marcher par exemple). La maîtrise du véhicule ne pose donc pas de difficultés. Mais conduire est une tâche complexe qui met en jeu de nombreuses compétences. Compétences qui peuvent être mises à mal dès le début de la maladie d’Alzheimer. Les troubles de la mémoire immédiate ou de l’attention peuvent par exemple favoriser les erreurs de conduite: un piéton qui passe inaperçu, un panneau mal interprété… Autre impact des troubles cognitifs? Des difficultés à estimer les distances, des erreurs de trajet… (1) La conduite pour un patient touché par la maladie d’Alzheimer n’est donc pas sans danger, même lorsque la maladie n’en est qu’à ses prémices.
Le premier interlocuteur: votre médecin

L’aidant proche peut jouer un rôle précieux en assistant le patient durant la conduite. Mais également en surveillant qu’il n’éprouve pas de difficultés au volant. Pouvez-vous encore conduire? C’est votre médecin qui prendra la décision. La maladie d’Alzheimer évolue différemment chez chacun. Il est donc important de juger au cas par cas. S’il estime que des restrictions sont nécessaires, il les fixera lui-même ou, comme c’est le plus souvent le cas, fera appel au CARA (Centre d'Aptitude à la Conduite).
Une autorisation limitée dans le temps

Le CARA établira une série de tests. Au programme? Tests d’attention, de conduite, évaluation par des neuropsychologues… Si l’autorisation de conduire vous est accordée, il faudra toutefois vous attendre à des restrictions. Les plus courantes pour les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer? Interdiction de conduire la nuit, d’emprunter les autoroutes, déplacements limités à un rayon de quelques kilomètres aux alentours du domicile… Etant donné le caractère évolutif de la maladie d’Alzheimer, cette attestation est limitée dans le temps (entre 6 mois et 1 an) et doit donc être renouvelée.


Merci à M. Mark Tant, responsable du CARA, pour sa collaboration à cet article. (1) Roche Jean, Conduite automobile et maladie d’Alzheimer. Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement. Volume 3, Numéro 3, 163-8, Septembre 2005.

source: http://fr.medipedia.be

Publié dans : Maladies neurologiques dégénératives - Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés